samedi 7 novembre 2015

Le portrait de Dorian Gray - Oscar Wilde






"Comme c'est triste! Je vais devenir vieux, horrible, effrayant. Mais ce tableau n'aura jamais un jour de plus qu'en cette journée de juin... Si seulement ce pouvait être le contraire! Si c'était moi qui restais jeune, et que le portrait lui vieillit! Pour obtenir cela, pour l'obtenir, je donnerais tout ce que j'ai! Oui, il n'y a rien au monde que je refuserais de donner! Je donnerais mon âme pour l'obtenir!"











Au centre de la pièce, fixé à un chevalet droit, se dressait le portrait en pied d'un jeune homme d'une extraordinaire beauté physique, devant lequel, à peu de distance, se tenait assis le peintre lui-même, Basil Hallward, celui dont, il y a quelques années, la disparition soudaine a, sur le moment, tant ému le public et donné lieu à d'étranges conjectures.»

Or Dorian Gray, jeune dandy séducteur et mondain, a fait ce voeu insensé : garder toujours l'éclat de sa beauté, tandis que le visage peint sur la toile assumerait le fardeau de ses passions et de ses péchés. Et de fait, seul vieillit le portrait où se peint l'âme noire de Dorian qui, bien plus tard, dira au peintre : «Chacun de nous porte en soi le ciel et l'enfer.»

Et ce livre lui-même est double : il nous conduit dans un Londres lugubre et louche, noyé dans le brouillard et les vapeurs d'opium, mais nous ouvre également la comédie de salon des beaux quartiers. Lorsqu'il parut, en 1890, il fut considéré comme immoral. Mais sa singularité, bien plutôt, est d'être un roman réaliste, tout ensemble, et un roman d'esthète - fascinants, l'un et l'autre, d'une étrangeté qui touche au fantastique.










Ce titre revient en force. De plus en plus de personnes, notamment les jeunes, veulent tout savoir sur Dorian Gray.  Personnellement, j'ai lu ce roman, il y a plusieurs années. J'ai été attirée par les citations de Wilde faisant référence à son livre. 

Mais qui est ce Dorian Gray? 
Dorian est un dandy british : élégant, raffiné et surtout très riche et très beau.  Cet homme est obsédé par l'âge: il a peur de vieillir, peur de changer et surtout peur de mourir. Il était prêt à tout donner en échange d'une jeunesse éternelle.

L'histoire se passe en Angleterre au XIXème siècle.

Fasciné par sa beauté, son ami  Basil Hallward peint son portrait. Après sa rencontre avec Lord Henry, Dorian vend son âme au diable: il va rester jeune et c'est son portrait qui vieillira: c'est à ce moment là que le roman verse dans le fantastique.
Rassuré, il suit le cynique Lord et mène une vie de débauche, une vie dissolue. Le Lord l'incite à la haine et à l'égoisme : « Je peux compatir à tout sauf à la souffrance. C’est trop laid. Il y a quelque chose de malsain dans la sympathie que notre époque porte à la souffrance. C’est pour la joie et la beauté qu’il faut avoir de la sympathie.»

 On ne voit rien sur le visage de Dorian mais son portrait porte les marques de son comportement et ses péchés. Dorian est de plus en plus pervers et devient même meurtrier.
Gray est aimé par ses deux amis. L'un est énervant, vil et cynique; l'autre est gentil et voit le bien partout.
Notre héros fait son choix, prend le "mauvais" chemin   encouragé par Lord Henry "Vivez ! Osez vivre pleinement la vie merveilleuse qui est en vous ! Courage, Dorian ! ».

Je me suis attachée à ce personnage que certains trouvent antipathique et  superficiel. Au fond, chacun cache se désir de rester éternellement jeune, Dorian , lui , n'a pas eu peur de le révéler. J'ai aimé voir les choses à travers son regard et son comportement dans une société matérialiste qui prête attention aux apparences. 

Le portrait de Dorian Gray traite des thèmes jugés osés à l'époque. Oscar Wilde a bousculé les 
conventions en évoquant l'hédonisme, l'homosexualité et aussi  la beauté comme critère d'intégration 
de la société de l'époque. 

Un chef-d'oeuvre philosophique intemporel. 













Le roman a été adapté à  plusieurs reprises au cinéma. Celle de 2009 a eu beaucoup de succès avec Ben Barnes et Colin Fitrh.












Oscar Wilde, auteur britannique, nait à Dublin le 16 octobre 1854. Il est le fils de William Wilde, médecin et chirurgien très célèbre, et de Jane Wilde, poétesse engagée.Entre 1864 et 1878, il fait ses études dans de brillantes institutions britanniques. Dans ses premiers écrits, on reconnait bien l'influence de Walter Pater et de John Ruskin, ses professeurs.