dimanche 15 mai 2016

Interview#2 : Djohar Wallis







Auteure de "L'emprunt" un roman qui se fait de la place dans la BookSphère algérienne.
Jeune étudiante en médecine, passionnée de littérature, Djohar Wallis a reçu le prix littéraire LivrEscQ pour les primo-écrivains.


.Je voudrai savoir pour commencer, est-ce votre nom ou un pseudo? -Non, c’est un pseudonyme.

.Parlez-nous un peu de la couverture du livre? J'aime beaucoup la finesse de la pierre et parce qu'avec le prénom Djohar nous baignons dans un univers féminin à 100%!
-L’effet recherché avec cette couverture était de mettre en évidence deux mains, superposées, mais qui portent la même bague. Ce qui donnera l’image de quelque chose qui réunit deux personnes, c’est-à-dire Selma et Kahina.

.La question classique et inévitable : Peut-on savoir un peu plus sur votre personne, vos études par exemple, vos passions,....
-Je suis une jeune Algéroise, étudiante en sciences médicales. Disons que j’ai quelques passions, dont la littérature où j’ai essayé de faire quelque chose qui me plait vraiment, l’écriture !

.Vos influences littéraires?
-Je n’en ai pas vraiment, je lis de tout.

.Un livre qui vous a marquée?
-Une biographie de Marie Curie.

. Votre dernière lecture? ou celle en cours?
-Les chemins qui montent de Mouloud Feraoun. Actuellement, Le palanquin des larmes de Georges Walter.

.Dans votre roman, vous parlez de l'homme , comme seul responsable du chagrin des femmes. Ces femmes donc tombent dans le cliché des piégées... Beaucoup de lectrices s y retrouveront et s'y plairont!
-Ah non, dans l’emprunt le malheur de mes deux personnages féminins est le résultat d’une imagination, d’une revendication et de mensonges mais aussi d’un homme au caractère flou, qui ne pense pas aux conséquences de ses actes, d’ailleurs dans le roman, ça ne parle presque jamais de ce que cet homme pense.

. Vous vous attendiez à recevoir un prix?
-Du tout, ce fût une très belle surprise pour moi.

. Un de vos rituels quand vous lisez?
-Je n’en ai aucun, je lis souvent dans les transports publiques et aussi à l’amphi en attendant le commencement du cours.

.Alger Alger .... Nostalgique ?
-J’aime Alger !

.Un autre livre en projet?
-Oui, et il y aura Alger à toutes les sauces. J’en dirais pas plus..