lundi 31 octobre 2016

Aux petits mots les grands remèdes - Michaël Uras









"Les livres ne peuvent pas tout, mais ils accompagnent ceux qui ont besoin d'une dose d'imaginaire pour s'extirper du réel."


"La littérature naît de la tristesse. Quand on est heureux, on n’a pas envie de s’isoler du monde et d’écrire."


"Les grands-parents sortent du cimetière pour nous rassurer."







Pour une amoureuse des livres comme moi, ce roman a fait battre mon coeur tout au long des 384 pages. J'ai lu même les dernières pages où on nous met les références citées dans le livre.

Je remercie les Editions Préludes pour cet envoi et l'auteur de m'avoir offert un flot d'émotions. Chaque citation, chaque référence me plongeaient dans un souvenir personnel. Une sorte de Madeleine "Proustienne" qui a réveillé ma mémoire olfactive : l'odeur des livres déjà lus était omniprésente durant ma lecture.



Parler des livres dans un livre; comparer, calquer les personnages aux patients, reproduire des lieux dans son imagination, ... c'est ce qui rend ce livre original. Il fallait vraiment y penser.  Michaël Uras figure désormais dans ma liste des écrivains à suivre toute ma vie.

Je me calme. Ne m'en voulez pas mais quand un livre me plaît, je suis dans tous mes états. 

Alex est un bibliothérapeute.  La bibliothérapie consiste à guérir les maux par les livres. [Une envie soudaine me prend : tomber malade et  réclamer des soins livresques.]

Alex soigne donc ses "patients" en leur proposant une lecture suivie d'une discussion.Chaque personnage souffre d'un mal qu'Alex essaie d'apaiser. Pourquoi ce choix de métier? Lisez la réponse que donne Alex à une blogueuse (pages 138-139)

En parallèle, nous suivons le quotidien du thérapeute qui souffre de sa rupture d'avec Mélanie. Il essaie de s'accrocher à la vie. Loin d'elle, Alex semble éteint. Il survit. Son amour pour les livres, son obsession de relier chaque fait à un auteur ou un  livre agaçaient de plus en plus sa copine et ont fini par la pousser vers la porte de sortie.  
Alex traîne derrière lui une enfance peu joyeuse. Une famille pas très sentimentale. Le seul moment où il parle d'affection et d'amour est quand il évoque leur femme de ménage. Nous comprendrons avec le temps son malaise actuel.


Le livre est une sorte d'hommage aux pouvoirs des mots, à l'importance de la lecture. Une sorte d'analyse des pensées, des sentiments, des états d'âme en rapport avec la famille, le travail et l'amour ... 
Ses patients ne sont pas communs. Certains sont attachants , d'autres désagréables. Cependant leurs histoires nous touchent et nous voudrions assister à leur guérison et voir comment agissent les mots (les livres) sur eux. Ils gravitent autour d'Alex et donnent du dynamisme au roman. 

La plume de l'auteur est très fluide. Les touches d'humour croisés à chaque chapitre rendent la lecture très agréable. Des extraits de livres parsemés un peu partout , donnent envie de courir vers la librairie la plus proche et la dévaliser. 

Pour les non-adeptes des classiques, croyez-moi (ou pas) ce livre vous fera changer d'avis. Uras a eu l'intelligence de bien choisir ses exemples pour nous faire découvrir des auteurs "oubliés" ou pas encore "présentés". Personnellement, grâce à ce livre, j'ai noté des titres à acheter prochainement. 

Je voudrai dire beaucoup de choses, parler de tout ce que j'ai ressenti en lisant "Aux petits mots les grands remèdes" mais je dois m'arrêter sinon ma chronique découragera certains à la lire.

J'aime lire. J'aime lire des livres qui m'apportent un PLUS et ce roman a accompli sa mission.

Une histoire bien construite. Un roman réactif.


Aborder différemment  des thèmes sempiternels comme le regard des autres, la vieillesse, la douleur, la laideur, la beauté, l'amour, ..... vous pousserait à poser les questions autrement.













Michaël Uras est nouvelliste et romancier. Il a débuté des études de Lettres modernes à Besançon, et les a terminées à la Sorbonne. Aujourd'hui, Michael est professeur de lettres modernes près de Montbéliard. "Chercher Proust" (Christophe Lucquin Éditeur, 2012) est son premier roman.Son deuxième roman paru en 2014, toujours chez Christophe Lucquin Éditeur, "Nos souvenirs flottent dans une mare poisseuse", est une autofiction: les chroniques d’une enfance partagée entre la France et la Sardaigne. "Aux petits mots les grands remèdes", son troisième roman, paraît en septembre 2016.