mardi 28 février 2017

Alors Voilà, Les 1001 vies des Urgences - Baptiste Beaulieu



Des Urgences au rez-de-chaussée aux soins palliatifs du cinquième étage, voilà la vie d’un jeune interne, qui déteste commencer sa journée par une tentative de suicide. Une patiente en stade terminal s’impatiente : son fils est bloqué à Reykjavik à cause d’un volcan en éruption. Pour lui laisser le temps d’arriver, l’apprenti médecin se fait conteur. Se nourrissant de situations bien réelles, Baptiste Beaulieu passe l'hôpital au scanner. Il peint avec légèreté et humour les chefs autoritaires, les infirmières au grand cœur, les internes gaffeurs, les consultations qui s'enchaînent, les incroyables rencontres avec les patients... Par ses histoires d'une sensibilité folle, touchantes et drôles, il restitue tout le petit théâtre de la comédie humaine. Un bloc d'humanité.


"L'argent est un sujet tabou à l'hôpital.

Officiellement, la santé des gens ne se monnaye pas !"


"Je mens beaucoup et affreusement mal. Il va falloir que je m’entraîne à cause du métier qui m'attend les quarante prochaines années."

"La fin des autres est un miroir tendu vers la fragilité de nos propres existences On soigne peut-être à cause de ça : de tous les êtres humains, les médecins sont sans doute les plus terrifiés par la mort."



J'ai lu ce  livre dans le cadre d'une lecture commune de mon groupe sur Facebook.


Comme à chaque fois, je parle de la couverture et celle qui se trouve sous mes yeux est juste magnifique, colorée. Elle m'a fait sourire au début puis la tête du nounours m'a pincée le coeur :  en fait c'est la tête que nous faisons tous quand nous sommes à l'hôpital , en attendant qu'une blouse blanche vienne nous en sortir.

Dans ce livre, le mot urgences ne rime pas forcément avec horreur.  L'auteur a pris le soin d'injecter (Ne sortons pas du cadre médical) de l'humour aux différentes histoires racontées.

Nos visions sont différentes selon notre situation dans un hôpital: un patient, une infirmière, un médecin ne racontent jamais les choses de la même façon. Ce qui est dramatique pour l'un  est parfois banal pour les autres.

Nous suivons le jeune narrateur_interne_auteur dans un quotidien qui n'est pas de tout repos. Les titres des chapitres donnent une idée sur le planning d'une journée, d'une nuit de garde et d'une semaine de travail:
"Un peu avant 21 heures, en haut" , "Un peu après 8 heures, en bas." "9 heures, en bas, box 5". "Midi, en haut, chambre 7." "Rez-de-chaussée, Amélie."  "10 heures, en bas." "SIXIÈME NUIT : DE GARDE." "Dans l’ascenseur."

C'est vrai que nous autres "soignés" nous nous considérons comme le centre du monde quand nous avons un bobo, nous avons envie d'avoir à notre disposition le meilleur urgentiste pour nous rassurer et nous soigner. On ne remarque pas les yeux cernés ni les traits d'un visage fatigué. On exige un grand sourire et une bienveillance spéciale.

Côté "soignant", l'auteur nous dresse des portraits que nous croisons tout le temps et c'est là que je rigolais en lisant : « Chef Viking », « Chef Gueulard »[j'ai croisé ce type de chef il n y a pas longtemps -_- ]

Tantôt ironique, tantôt drôle, le narrateur s'amuse mais avec subtilité. Il ne veut pas nous faire rire, , ni rager. C'est une manière  d'autopsier une profession et d'expliquer ses rouages. Il veut montrer le côté humain du monde hospitalier.

L'histoire s'étend sur sept jours , le narrateur raconte ses  à une patiente. Donc nous avons deux personnages-phares et un déroulement de faits. Nous partageons ce tête-à-tête avec émotion : rire, larmes, solidarité, tristesse, joie...


Baptiste Beaulieu a humanisé une  profession qui fait peur, il a rassuré avec ses mots tous les maux que vivent certains. On a envie de réclamer un Beaulieu dans tous les hôpitaux. On a envie de le croiser. Peut-être qu'en insistant un tout petit peu, nous découvrons des Baptiste un peu partout mais  derrière nos préjugés nous refusons de les voir.

Un livre que je recommande fortement aux "soignés" et aux "soignants".
Plus qu'un roman, c'est un spicilège d'anecdotes à lire sans modération. Vous verrez le monde médical autrement ;)

P.S : je dédie cette belle lecture à mon papa ❤ qui fut un médecin très attentif et affectueux. J'offrirai ce livre à mon frère ❤ qui , jour après jour, m'épate, me surprend tant l'amour de la médecine est palpable dans son quotidien à travers ses gestes, son comportement avec ses patients et son sourire rassurant.


L'auteur a un magnifique blog que j'ai découvert en même temps que ce roman. Je compte suivre ses nouvelles anecdotes régulèrement.
Voici le lien : Blog


Médecin généraliste âgé de 29 ans, Baptiste Beaulieu est l’auteur d’un premier livre remarqué, Alors voilà, les 1001 vies des Urgences (Fayard 2013 ; Livre de poche, 2015), qui a connu un très beau succès de librairie et a été traduit en douze langues. 


Bibliographie : ICI